Bako Rambini interviewe Kara Laricks, la gagnante de la première saison de NBC Fashion star

To read this article in English : Bako Rambini interviews Kara Laricks

Un petit aparté pour nos lecteurs français

Fashion Star est une émission qui fait actuellement fureur aux Etats-Unis. Diffusée sur la chaîne NBC, elle compte une audience de plus de 4 millions de spectateurs. Présentée lors de la première saison par Elle Macpherson, cette émission de télé-réalité met en concurrence des créateurs de mode coachés par des mentors que sont Jessica Simpson, Nicole Richie et John Varvatos. La grande innovation par rapport à d’autres émissions de ce type (telles que Project Runway), c’est que les créateurs sont jugés par trois acheteurs de référence du monde de la mode : Caprice Willard de Macy’s, Terron E. Schaefer de Saks Fifth Avenue et Nicole M. Christie de H&M (en saison 1), qui décident ou non d’acheter les créations présentées. Et les créateurs qui n’ont pas pu vendre leurs créations se voient menacés de quitter l’émission. Le gagnant de l’émission gagne une collection d’une valeur de 6 millions de dollars avec chacun des magasins précités.

C’est un privilège unique que de pouvoir vous offrir cette première interview de ma rubrique sur l’éloge de la grandeur sur les power women avec un focus sur Kara Laricks, la gagnante de la première saison de NBC Fashion Star. La voir évoluer au cours de l’émission a été un véritable plaisir. C’est une femme que je trouve absolument géniale, très sensible, vraie et surtout douée. Je vous laisse le loisir de la découvrir.

KaraKara, vous êtes la gagnante de la première saison de l’émission Fashion Star. Vous étiez enseignante auparavant et maintenant vous êtes devenue une créatrice de mode hors pair. Qu’est-ce qui vous a poussée à devenir créatrice?

Kara : J’ai toujours eu le désir secret de faire du design. Quand j’étais plus jeune, ma mère m’encourageait à choisir un métier sûr et fiable (un job qui génère un salaire conséquent et qui donne droit à une assurance maladie). J’ai choisi le secteur de l’éducation. Je ne regrette pas une seule seconde de ma carrière d’enseignante. Je pense que cela m’a permis d’acquérir des qualités organisationnelles et relationnelles qui sont absolument vitales dans le domaine de la mode. Malgré tout, après avoir enseigné pendant 10 ans, je sentais que le temps passait. J’ai décidé de suivre ma passion : ce fut la meilleure (et la plus gratifiante) de toutes les décisions que j’ai pu prendre.

Qu’est-ce qui vous inspire?

Kara: Tout ! Je suis inspirée par des personnes uniques dans la rue. Toute forme d’androgynéité. Les vêtements pour hommes. Jil Sander, Yohji Yamamoto, Thom Browne …Je compte les jours jusqu’au moment où je pourrai voir l’exposition Artist/Rebel/Dandy au musée de Rhode Island School of Design ainsi que l’exposition Punk au Metropolitan Museum of Art ici à New York. Et ainsi de suite…

Maintenant que vous avez gagné le concours, qu’est-ce qui a changé pour vous? A quoi ressemble votre journée type?

Kara: Tellement de portes se sont ouvertes depuis que j’ai gagné Fashion Star et je n’ai pas de journée type. J’entreprends seule et de ce fait, je fais tout dans mon entreprise : les allers-retours au bureau de relations presse, le patronage, le stylisme, les achats de tissus, prendre le latte de l’après-midi. J’adore construire mon business petit à petit et j’ai hâte de le voir grandir.

Quels sont les défis auxquels vous êtes confrontée ? Comment Fashion star vous préparée à cela et à la concurrence féroce sur le marché de la mode ?

Kara: Comme je le disais précédemment, j’entreprends seule donc la gestion du temps et de mon endurance sont toujours mes principaux challenges. Quant à la concurrence, j’ai la chance d’avoir un point de vue unique – Je suis persuadée qu’il y a de la place pour tout le monde dans cette industrie. Je sais que le secteur de la mode a la réputation d’avoir une concurrence sauvage mais je crois sincèrement au soutien des autres créateurs et je sens que je reçois le même soutien en retour.

Quels sont les objectifs de votre marque dans le futur proche ?

Kara: Je suis très contente de vous annoncer que je vais bientôt me lancer dans les sacs à mains. Cela dit, je vais me concentrer sur le développement de ma collection Kara Laricks de vêtements pour femmes.

Etes-vous intéressée par l’étranger ? Avez-vous des préférences pour les pays ? Que pensez-vous de Paris?

Kara: Bien entendu que je suis intéressée par l’étranger – notamment Paris! On m’a souvent dit que mes créations seront bien accueillies au Japon, ce qui pour moi est un grand compliment car je considère les Japonais comme étant des visionnaires du monde de la mode.

Avez-vous des conseils pour les autres femmes d’affaires de ce monde?

Kara: Oui – je vous conseille de rester concentrée, déterminée, passionnée et aimable. Et avant tout, croyez en votre vision.

Et le meilleur pour la fin : voici quelques images de la collection printemps-été 2013 qui est vendue exclusivement chez Saks Fifth avenue.

20130422-085221.jpg

20130422-085256.jpg

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :